Bienvenue dans l’éditeur Gutenberg

À propos de montagnes & d’imprimerie

Le but de ce nouvel éditeur est de rendre l’ajout de contenus riches simple et ludique. Cette publication toute entière est composée de morceaux de contenus – un peu comme des briques Lego – que vous pouvez déplacer et avec lesquels vous pouvez interagir. Déplacez votre curseur un peu partout et vous verrez les différents blocs se mettre en évidence. Appuyez sur les flèches pour repositionner rapidement les blocs, sans crainte de perdre des choses dans l’action de copier et coller.

Ce que vous lisez actuellement est un bloc paragraphe, le bloc le plus basique de tous. Le bloc paragraphe possède ses propres commandes lui permettant d’être déplacé librement au sein de la publication.

…comme celui-ci, qui est aligné à droite.

Les niveaux de titres sont aussi des blocs spécifiques. Cela aide a organiser et mettre en valeur votre contenu.

Une image vaut mille mots

La prise en charge des images et des médias est un des objectifs principaux du nouvel éditeur. Nous espérons que vous découvrirez les avantages de l’ajout de légendes, de passer vos images en mode pleine largeur et de toute autre manipulation. De façon plus simple et robuste qu’auparavant.

Beau panorama
Si votre thème le prend en charge, vous verrez le bouton « Large » dans la barre d’outils de l’image. Essayez.

Essayez de sélectionner, de supprimer ou de modifier la légende. Maintenant vous n’avez plus besoin d’éviter de sélectionner l’image ou d’autres textes par erreur et de gâcher la mise en page.

L’outil d’insertion

Rendez-vous compte de ce que WordPress vous permet de faire rapidement et à partir d’une seule et même interface. Inutile de vous embêter avec des balises HTML, des classes ou des codes courts à la syntaxe compliquée. C’est l’esprit qui anime l’éditeur – voir le bouton (+) dans l’éditeur – qui vous permet de parcourir tous les blocs de contenu disponibles pour les ajouter à vos publications. Les extensions et les thèmes sont capables d’ajouter leurs propres blocs, ce qui ouvre la voie à toutes sortes de possibilités.

Essayez-donc, vous pourrez découvrir des choses que WordPress peut ajouter dans vos publications que vous ne soupçonniez pas. Voici une liste non exhaustive de ce que vous allez trouver :

  • Texte & Titres
  • Images & Vidéos
  • Galeries
  • Contenus embarqués, depuis YouTube, Twitter, ou d’autres publications WordPress.
  • Blocs de mise en page, bouton « J’aime », bannières, séparateurs, etc.
  • Et des listes comme celle-ci bien entendu 🙂

Mode visuel

Un grand avantage des blocs réside dans le fait que vous pouvez les modifier en direct et ainsi manipuler votre contenu en direct. Au lieu d’avoir des champs pour éditer ne serait-ce que l’auteur d’une citation, ou le texte d’un bouton, vous pouvez changer ces contenus directement. Essayez de modifier la citation suivante :

L’éditeur s’efforcera de créer une nouvelle expérience de construction des publications qui rendra plus simple l’écriture de publications enrichies. Les blocs rendront simple ce qui nécessite aujourd’hui des codes courts, du HTML personnalisé et autres manipulations mystérieuses.

Matt Mullenweg, 2017

L’information correspondant à la source de la citation est un champ texte séparé, similaire aux légendes sous les images. Ainsi la structure de la citation est protégée même si vous sélectionnez, modifiez ou retirez la source. Il est toujours possible de la remettre en place rapidement.

Les blocs peuvent être utilisé pour tout ce que vous voulez. Par exemple, vous pourriez ajouter une citation en regard de votre texte, ou alors afficher une énorme citation. Toutes ces options sont disponibles dans l’outil d’insertion.

Vous pouvez changer le nombre de colonnes de vos galeries en faisant glisser la barre dans l’inspecteur de bloc de la colonne latérale.

Média enrichi

Si vous combinez les nouveaux alignements large et pleine largeur avec des galeries, vous pouvez créer des mises en page enrichies très rapidement :

L’accessibilité est importante : n’oubliez pas l’attribut alt

Bien sûr, l’image pleine largeur peut être assez imposante. Mais parfois l’image peut en valoir la peine.

Ci-dessus, une galerie avec seulement deux images. C’est une méthode simple pour créer des mises en page attractives, sans avoir à faire flotter les images l’une contre l’autre. Vous pouvez aussi convertir la galerie vers des images individuelles, en utilisant le basculement d’un type de bloc à un autre.

Tous les blocs proposent ce choix d’alignement. Le bloc de contenu embarqué le propose aussi, et cela est nativement responsive :

https://vimeo.com/22439234

Vous pouvez construire autant de blocs que vous voulez, statiques ou dynamiques, décoratifs ou ordinaires. Voici un bloc de citation en ligne :

Le code est une poésie.

La communauté WordPress

Si vous voulez en savoir plus sur la façon de construire des blocs additionnels, ou si vous souhaitez aider sur ce projet, rendez-vous sur le dépôt GitHub.


Merci de tester Gutenberg !

👋

En mémoire d’Ara le « Magnifique »

Cet article, consacrée à notre voyage à Istanbul, est dédiée à une personne qui m’est particulièrement chère.

Dans l’une de tes dédicaces faite au fronton de ton livre, tu m’invitais à poursuivre les pages d’un ouvrage qui se terminait là où commençait ma vie. Oui, ce blog n’est pas un livre. Ses mots n’ont même pas vocation à être couchés sur papier (du moins pas pour le moment), tant les lignes qui le rempliront ne devraient pas avoir la même charge historique, ni la même charge émotionnelle. Non, ces lignes ne méritent pas de partager le même livre. Au mieux, elles pourraient être l’esquisse d’un nouveau chapitre. Celui du retour aux sources, à travers deux voyages initiatiques qui nous ont menés sur les terres de nos ancêtres : la Turquie et l’Arménie. Deux pays, deux cultures, deux peuples qui ont cohabité difficilement, avant d’entamer une séparation douloureuse.

De ces deux pays, nous tenons un héritage aussi précieux qu’éphémère : l’histoire d’une famille, l’histoire de notre famille. Et c’est justement parce que tu ne voulais pas voir cet héritage disparaitre que tu nous as donné l’idée, l’envie mais surtout les moyens d’accomplir notre devoir de mémoire. Nous sommes donc partis sur les traces de nos aïeux, empruntant le chemin inverse du leur, dans d’autres conditions, à une autre époque et en des temps biens différents.

Tu m’as souvent répété que tu souhaitais m’entendre prononcer un discours. Ce n’est pas l’envie qui manque, mais peut-être est-ce lié à la pudeur qui pèse sur notre famille. La même qui nous empêche de dire au quotidien l’amour qu’on porte aux nôtres, l’amour qu’on te porte et l’admiration qu’on te voue.

Ce n’est donc pas un discours que je t’offre, ni ce blog, mais les photos et les mots dont il n’est que le support. Je me suis laissé dire que l’homme de lettre que tu es préfèreras lire et relire le journal – illustré – de notre voyage, dans le calme et la tranquillité, plutôt que d’écouter un rapide compte rendu, bâclé et incomplet, fait dans la joie et le tumulte de nos retrouvailles.

Merci. Merci pour ton amour, ta présence, ta confiance. Surtout, merci pour l’histoire dont tu nous a fait les dépositaires.

What’s in my bag ?

Passionné de photo, je me balade souvent avec tout mon équipement afin de parer à toute éventualité.

En premier lieu, on trouve le sac. C’est un sac à dos qui peut également se porter en bandoulière. Il comprend plusieurs rangements et compartiments de sorte que je peux y ranger mon boitier, un flash, mes objectifs, mes filtres et quelques cartes SD de secours. Sur la tranche du sac, il y a également de quoi cerner mon trépied et un réceptacle afin qu’il évite de glisser, surtout de tomber.

Mon boitier me suit depuis 2011. J’en avais fait l’achat pour l’arrivée de mon fils. Il me suit depuis dans tous mes déplacements. C’est un NIKON D7000, une antiquité aujourd’hui, qui rend encore de bons services. Plus de fonctions ne me seraient pas utiles et j’apprécie son double slot qui me permet de sauvegarder les photos, en RAW et JPEG. De cette façon, si la photo prise est bonne, inutile alors de la retoucher sans fin.

Le flash est également de marque NIKON : c’est un SB700. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester de manière approfondie, mais les quelques essais fait en intérieur me laisse à penser qu’il est suffisamment facile d’utilisation et aussi suffisamment puissant pour mon usage.

Je dispose également d’une série d’objectif qui permettent de couvrir un range assez large :

  • Un NIKON 18-55 mm f/ 3,5-5,6 ;
  • Un NIKON  50 mm f/ 1,8 ;
  • Un NIKON 70-300 f/ 4,5-5,6 ;
  • Un TAMRON 90 mm f/ 2,8 ;
  • Un SIGMA 85 mm f/ 1,4.

Il m’arrive parfois de sortir quelques filtres, tels qu’un filtre neutre et un filtre polarisant qui me permettent de faire quelques poses longues. Je ne maitrise pas encore le sujet, mais j’y travailler.

Enfin, j’ai un trépied, assez classique, pour prendre des photos en pose longue. Pour ce faire, j’ai compléter mon dispositif avec une télécommande infrarouge, afin de minimiser le flou de tremblement, notamment lié au déclenchement manuel de l’appareil.